Menu
5 choses à savoir sur le CHAN 2018

Equivalent de la CAN mais réservé aux joueurs locaux, le CHAN 2018 débute ce samedi au Maroc. Voici 5 choses à savoir sur cette compétition moins médiatisée que sa grande sœur mais prisée par les recruteurs européens.

- La compétition phare des joueurs locaux

En 2009, l’ancien président de la CAF, Issa Hayatou, lançait le championnat d’Afrique des nations (CHAN) afin de mettre à l’honneur les joueurs locaux. Cette compétition met aux prises 16 sélections, comme la CAN, avec la particularité d’être ouverte seulement aux joueurs qui évoluent chez eux, au pays. C’est la 5e édition qui s’ouvre ce samedi. Depuis 2014, les matchs du CHAN sont comptabilisés dans le classement FIFA. Le vainqueur empochera environ 1,050 million d’euros.

- Le Maroc a remplacé le Kenya

Initialement, le Kenya devait accueillir la compétition mais le 23 septembre dernier la CAF lui a retiré l’organisation en raison de retards dans les travaux et de la situation politique tendue. 15 jours plus tard, l’instance a désigné le Maroc comme nouveau pays-hôte plutôt que l’Ethiopie et la Guinée Equatoriale, également candidates. Les villes de Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger accueillent la compétition.

Ce changement de pays-hôte avait permis de repêcher l’Egypte mais les Pharaons ont décliné et la dernière place est finalement revenue au Rwanda qui s’est qualifié en barrages au détriment de l’Ethiopie.

- Des absents de marque

Cette édition du CHAN s’annonce particulièrement ouverte. En effet, parmi les précédents vainqueurs, seule la Libye, sacrée en 2014, sera au rendez-vous. Deux fois victorieuse et tenante du titre, la RD Congo a échoué lors des qualifications, tandis que la Tunisie, lauréate en 2011, a renoncé à participer aux éliminatoires. Côte d’Ivoire, Cameroun, Guinée, Nigeria, Maroc, voire la Zambie… La liste des potentiels favoris est longue.

- Avec l’assistance vidéo !

Quoi qu’il arrive, ce CHAN va rentrer dans l’histoire. En effet, pour la première fois, la CAF va utiliser l’arbitrage vidéo dans une de ses compétitions. "Cette grande première est prévue pour commencer à partir du stade des quarts de finale", indiquait la CAF en novembre dernier sans préciser exactement les cas de figure qui autoriseront la possibilité de l’arbitrage vidéo.

- Le rendez-vous à ne pas manquer pour les recruteurs

Compétition africaine, le CHAN attitre aussi beaucoup de recruteurs européens. En effet, au fil des années, la compétition a acquis la réputation de réservoirs à pépites. L’Algérien Hilal Soudani (2001), le Tunisien Youssef Msakni (2011), le Malien Yves Bissouma (2016), l’Ivoirien Yao Serge Nguessan (2016), tous se sont par exemple révélés au CHAN. Achraf Bencharki (Maroc), Ibrahim Sory Sankhon (Guinée), Frantz Pangop (Cameroun) ou encore Fonsinho (Côte d’Ivoire) pourraient faire partie des révélations cette année.

- La composition des 4 groupes du CHAN 2018 :

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
Coupe de la CAF : ES Sahel et Zamalek sur le pont ce samedi
LDC : WAC-Jaraaf et ASEC-Stade Malien ce samedi
CAN 2019 : fin du dépôt des candidatures
Coupe de la CAF : Agadir prend une option contre Génération Foot
Footballeur africain de l’année : le doublé pour Mohamed Salah !
LDC : Al Ahly assure, Horoya douché et en danger
CAN de Beach Soccer : le Sénégal conserve sa couronne !
CAN 2019-Tunisie : Alain Giresse annonce la couleur
CAF Awards : les finalistes de toutes les catégories
Joueur espoir de l’année : Hakimi, Kessié ou Ndidi ?
Voir + d'infos