Menu
Algérie : Raouraoua, les binationaux, le Maroc… Saadane y va fort !

De retour aux affaires en tant que DTN de l’Algérie, Rabah Saadane a multiplié les phrases chocs au cours de l’une de ses premières prises de parole publiques. S’il tente de calmer le jeu avec les binationaux, le technicien n’épargne pas l’ancien président de la Fédération algérienne (FAF), Mohamed Raouraoua, ni le voisin marocain.

Nouveau directeur technique national de l’Algérie, Rabah Saadane commence fort. Invité de l’émission Football Magazine sur la radio nationale Chaîne III, l’ancien sélectionneur des Fennecs a abordé plusieurs sujets polémiques dont la question des binationaux, que la Fédération algérienne (FAF) a sommé de prouver leur "engagement inconditionnel en faveur de l’Algérie" et leur "supériorité technique par rapport aux joueurs exerçant en Algérie".

"On a de très bons joueurs évoluant dans les plus grands clubs au monde, ils ont un niveau international, mais avec ces mêmes joueurs, on n’y arrive pas en sélection, donc il y a forcément quelque chose qui cloche", s’est d’abord interrogé le "Cheikh", avant de calmer le jeu. "Ceci dit, se séparer des joueurs évoluant en Europe à l’heure actuelle c’est comme aller en enfer, on a grandement besoin d’eux et personne ne peut nier ce qu’ils ont apporté à la sélection ces dernières années."

"Si Gourcuff avait été maintenu..."

Alors que les multiples changements de sélectionneurs depuis le départ de Christian Gourcuff (Milovan Rajevac, Georges Leekens, Lucas Alcaraz puis Rabah Madjer) n’ont fait qu’accroître la crise, Saadane a également pointé du doigt la gestion du précédent président de la FAF Mohamed Raouraoua. "On avait un public derrière nous, mais l’instabilité au niveau du staff technique nous a été fatale, les nombreux changements nous ont joué un sale coup, par exemple, si Gourcuff avait été maintenu comme entraîneur, je peux vous assurer qu’on aurait pu atteindre le dernier carré à la CAN et nous serions partis au Mondial, mais malheureusement, il y avait des gens qui se mêlaient de tout et qui croyaient que le football leur appartient, cette sélection était déjà à 50% du chantier en 2010, elle s’est ensuite redressée avant de basculer vers le négatif."

Après cette réflexion, Saadane s’est payé une polémique inutile avec le voisin marocain en affirmant que le royaume chérifien a renoncé à accueillir la CAN 2015 aux dates initiales, non pas en raison du virus Ebola mais par peur de voir les Fennecs triompher sur son territoire ! "Vous savez, il y a des gens qui ont annulé la Coupe d’Afrique au Maroc en 2015 parce qu’ils avaient peur de l’Algérie. On était devenus une équipe très performante très redoutée en Afrique et dans le monde", a assuré le dirigeant. Au vu de la dynamique inverse des deux sélections au cours des derniers mois, pas sûr que ce soit le meilleur moment pour piquer le Maroc en ce moment…

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
Manchester City : doublé de Mahrez, Guardiola applaudit
Coupe de la CAF : le programme des quarts retour
LDC : Al Ahly-Sétif et Primeiro-Espérance en demi-finale
LDC : les résultats des quarts de finale
Arsenal : France ou Maroc, Guendouzi confirme son choix
Parme : Gervinho s’offre un but à la Maradona !
LDC : Al Ahly ne laisse aucune chance à Horoya
ASEC Mimosas : Baky Koné nommé président !
Cameroun - Assou-Ekotto : "Mbappé, reste chez toi"
Lille : Pépé est bien dans le viseur du Barça !
Voir + d'infos