Menu
CAN 2019 : drame à Madagascar, comment en est-on arrivé là ?

Dimanche, un supporter a été tué et une quarantaine blessés dans une bousculade en marge de la rencontre Madagascar-Sénégal (2-2) comptant pour les éliminatoires de la CAN 2019. Des défaillances dans l’organisation sont à l’origine de ce drame.

C’est malheureusement le principal souvenir qu’on gardera de cette 2e journée des éliminatoires de la CAN 2019. Dimanche, un supporter de Madagascar a perdu la vie et une quarantaine d’autres ont été blessés, dont deux gravement, alors qu’ils faisaient la queue pour assister au match de leur équipe face au Sénégal (2-2) au stade de Mahamasina, à Antananarivo. De toute évidence, les organisateurs ont été dépassés par l’afflux massif de supporters, sans doute désireux d’approcher au plus près Sadio Mané et sa bande, un afflux qu’ils n’avaient pas anticipé…

Du coup, une seule entrée du stade a été ouverte et une interminable file d’attente s’est formée le long du guichet, perturbant même la circulation. Peu avant 10h (soit 4h30 avant le coup d’envoi), une rumeur s’est progressivement répandue : il ne resterait presque plus de billets pour le match ! La tension est alors montée dans la foule, des troubles auraient éclaté et la police est intervenue, à coups de matraque et de gaz lacrymogène. C’est là que s’est produit cette bousculade mortelle avec des supporters pris en tenaille entre les portes fermées d’une part et les forces de l’ordre de l’autre... Le rôle de certains policiers n’est d’ailleurs pas clair dans ce drame. "La vente des billets au noir s’est multipliée. Même des policiers en tenue se sont livrés à ce ’business’ indigne", écrit ainsi Madagascar-tribune.com, confirmant les propos de plusieurs témoins.

L’hommage des Barea

Tout juste intronisé président de la République par intérim, Rivo Rakotovao s’est déplacé à l’hôpital pour soutenir les blessés. "Nous devons d’abord être aux côtés des victimes, les réconforter. Sur ce drame, face à la grande affluence enregistrée, il faudra se pencher sur la capacité d’anticipation, en termes d’organisation, pas aujourd’hui, mais cela devra se faire pour éviter un tel drame", a souligné le chef d’Etat, confirmant à demi-mot que l’organisation défaillante est à l’origine de ce drame. Le dirigeant a ajouté que l’Etat prendra en charge les frais de soins et d’hospitalisation des blessés.

Espérons surtout que les leçons soient tirées pour éviter que de telles tragédies se reproduisent… Actuellement, l’heure est encore au recueillement. Ce lundi, accompagné de quelques coéquipiers, le capitaine de la sélection, Faneva Andriatsima a déposé une gerbe devant l’entrée du stade, là où le drame a eu lieu…

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
CAN 2019-Cameroun : un joueur de Liga appelé en renfort
Algérie : Belmadi contredit Schalke pour Bentaleb
Horoya : Aristide Bancé prêt à venir, mais…
Décès : le Nigeria pleure Ajuma Ameh-Otache
CAN 2019-Gabon : Aubameyang sort du silence et tacle (encore) la Fédé
CAN 2019-Algérie : Halliche et Brahimi incertains, Bedrane en renfort
WAC Casablanca : René Girard déjà limogé
Sénégal : énorme boulette des dirigeants, Keita Baldé absent
RDC : Kakuta et Bolingi également forfaits, 3 renforts appelés
CAN 2019-Tunisie : un 2e gardien déclare forfait
Voir + d'infos