Menu
Le décrié Ngaissona élu, Mounguengui qui accuse… Election polémique à la CAF

L’élection partielle des membres du comité exécutif de la CAF a donné lieu à deux polémiques vendredi avec en toile de fond l’élection du controversé Patrice Edouard Ngaissona, chef de la coordination antibakala en Centrafrique.

Réunie en assemblée générale vendredi à Casablanca, la CAF a procédé à un renouvellement partiel des membres de son comité exécutif. Sans rivaux, le Libyen Jamal Jaafri (Zone Nord), le Sénégalais Augustin Senghor (zone Ouest A) et le Burkinabè Sita Sangare (Zone Ouest B) ont été élus tranquillement. En revanche, le scrutin a donné lieu à une double polémique dans la zone Centre où le controversé Patrice Edouard Ngaissona a eu les faveurs des votants avec 30 voix contre 23 pour le Gabonais Pierre Alain Mounguengui (plus une abstention).

Président de la Fédération centrafricaine, Ngaissona était aussi chef de la coordination antibakala, un groupe armé soupçonné de graves exactions durant la guerre civile qui a déchiré la Centrafrique entre 2013 et 2015. Ce passé suscite forcément quelques réserves voire l’indignation de certains observateurs. La CAF a refusé de commenter cette polémique, affirmant seulement que la candidature du dirigeant a été validée en début de mois en "prenant en compte des critères strictement statutaires".

Mounguengui charge Omari

Adversaire malheureux du Centrafricain, Mounguengui ne conteste pas la légitimité de son adversaire, mais il a tenu à dénoncer les présumées manœuvres du Congolais Constant Omari avant le scrutin. "Nous sommes dans une élection où il y a deux candidats et il est normal que les autres associations choisissent en toute autonomie. Mais je n’ai pas apprécié l’attitude du 1er vice-président de la CAF, M. Constant Omari Selemani qu’il utilise le nom du président Ali Bongo Ondimba (président du Gabon, ndlr) en disant : ’ne votez pas Mouguengui parce que le Président Bongo n’en veut plus’", a fustigé le dirigeant devant la presse, avant de poursuivre.

"Je ne peux pas penser un seul instant que M. Omari soit le confident du président de la République du Gabon. Je veux bien qu’il choisisse un candidat mais de là à utiliser le nom du président Bongo pour demander à mes pairs de ne pas voter pour moi, je n’ai pas apprécié." Cette élection n’a décidément pas fini de faire parler…

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
CAN U20 : le Mali déroule 4-1
CAN U20 : le Ghana sort l’Algérie
CAN U20 : le Bénin renverse la Gambie
CAN U20 : le Nigeria retrouve la Mauritanie
CAN U20 : le Congo rejoint le Sénégal
CAN U20 : l’Afrique du Sud puissance trois
Côte d’Ivoire : Gnagnon appelé avec les Espoirs français !
CAN U20 : le programme de dimanche
Juve : quand Benatia se prend deux vents
CAN U20 : le Sénégal sort l’Egypte chez elle !
Voir + d'infos